Nouveau

DEMARCHE

Projet associatif

La Fourmi-e est une association dont le but est de développer des projets autour de la création contemporaine et de la recherche artistique, associant la médiation à la production et à la diffusion d’œuvres ainsi qu’à l’organisation d’événements culturels.
L’association s’inscrit également dans une démarche territoriale. Elle cherche le plus souvent possible à développer des projets en co-construction avec les acteurs d’un territoire, tant dans la direction artistique des projets que dans leur inscription sur les territoires qu’elle investit.

Des résidences hors les murs… in situ…
Une fabrique de création nomade… dématérialisée…

Hors les murs – parce que nous n’avons pas de murs… in situ parce que nous ancrons résolument chaque projet dans un lieu …

L’association n’a pas de lieu à proprement parler. En revanche toutes nos résidences s’implantent dans des lieux spécifiques répondant à des problématiques questionnées par La Fourmi-e et les habitants de ces lieux ou inhérente à la démarche de l’artiste.

Par cette démarche nous entendons aussi nous inscrire dans un rapport très contemporain au lieu, mais aussi au travail, à nos modes de vie, de communication, d’échange.

Notre époque transforme son rapport à la matérialité des choses, des espaces et même du temps. Devenant ainsi de plus en plus nomade, nous adaptons nos manières de communiquer, de voyager, de visiter, de tisser des liens humains, en rendant nos espaces de rencontre, de découverte, d’échange, de travail de plus en plus virtuels, comme les  réseaux sociaux, les modes de télétravail, la pratique de visites virtuelles, la tenue de vidéoconférences…

Le secteur de l’art et de la culture est l’un des grands utilisateurs de ces nouvelles formes de création, de diffusion et de consommation. Les éléments de synthèse sont de plus en plus importants dans la création cinématographique ou picturale, les techniques de mixage sont capables de rassembler virtuellement les musiciens en orchestre, tous les musées ont des avatars virtuels, la lecture sur tablette ne cesse de se développer, etc.

À travers notre démarche, nous nous inscrivons dans ce mouvement, proposant une dématérialisation de l’espace d’exposition, créant une véritable «fabrique d’art nomade» portée par la seule vision que l’art est partout où on veut l’accueillir.

Cette forme de résidence permet aux artistes ou à nous qui les produisons et les diffusons de consacrer tous les moyens  à la production d’une œuvre tout en créant de nouvelles conditions de rencontre et d’échange.

Notre démarche nous protège d’une forme d’entre-soi que l’on trouve parfois dans l’art contemporain. Elle nous permet de rester ouverts et de travailler à la découverte et la rencontre entre des artistes et des publics, parfois même à la réconciliation avec certains publics.
Nous aimons l’idée de créer de nouveaux publics à l’art actuel et que l’art soit à la portée de tous ceux qui en auraient envie.

 

RESIDENCE

Des résidences in situ !

Le caractère in situ des réalisations que nous accompagnons crée un ancrage puissant sur chacun des territoires où nous intervenons.

Depuis ses débuts, le principe de base de La Fourmi-e est que chaque projet que nous concevons doit s’appuyer sur une véritable réflexion autour de l’espace qu’il investit, qu’il soit naturel, industriel, urbain… afin qu’il soit en lien avec territoire sur lequel il s’implante et à la population qui y habite. Ce postulat soutenu par un programmation exigeante appuie notre conviction que l’art actuel est à la portée de tous ceux qui en auraient envie dés lors qu’ils puissent y avoir accès librement et simplement.

Notre action est aussi empreinte d’une véritable attention aux publics avec lesquels nous sommes amenés à travailler. Nous pensons que l’art peut bousculer des frontières, bouleverser le quotidien, changer notre vision du monde. Nous construisons des projets qui vont à la rencontre de tous les publics et prennent en compte leurs spécificités. A travers notre action c’est aussi à la création de nouveaux publics que nous travaillons.

C’est aussi et toujours l’idée que derrière le mot « culture », le champ des sens est vaste, que les ponts doivent être maintenus ou construits pour que nos sociétés continuent de grandir et de rester ouvertes à l’autre, cet autre qui nous faire devenir plus riches.

Dans le climat actuel ou la question de l’accueil et de l’ouverture est primordiale et déterminante pour notre avenir à tous,  il est bon de toujours garder à l’esprit que si aujourd’hui nous sommes fort, il peut s’en falloir d’un rien pour qu’un jour, nous soyons heureux d’être accueilli à notre tour.

Nos quatres années d’expérience n’ont eu de cesse de nous conforter et de renforcer notre démarche.