Les artistes

Les Froh Faire – Finistère

Après avoir collaboré sur le montage du film 1+1 retraçant la résidence des Frères Ripoulain à Quimper en février 2012, Erwann Babin (réalisateur diplômé d’un Master de Littérature Générale et Comparée à la faculté de Nantes, 2008) et Florian Stéphant (graphiste ayant obtenu un DNSEP à l’EESAB de Rennes, 2014) créent le duo de vidéastes les Froh Faire.
Leur activité principale est la création de films dans un espace public envisagé comme laboratoire, dans lequel le documentaire, la fiction, le participatif et l’imprévu se succèdent.
« Nos vidéos débutent sur une idée, une image. Ils grandissent lors de ballades, de discussions. La caméra est l’oeil de notre film, nous lui confions le germe qu’elle fait naître au gré des accidents. L’idée s’épanouit une deuxième fois cherchant à exister indépendamment de sa genèse. Cette matière nous évoque une nouvelle idée, émotion, image. Par le montage nous continuons à la malaxer jusqu’à obtenir une séquence, souvent courte, forcément polysémique, marquée par tous ces chemins empruntés l’espace d’un instant. La poésie, le message qui en ressort n’est que la preuve que ce après quoi nous courions s’est définitivement échappé. Notre matière première étant le libre arbitraire.»

plus d’info : http://lesfrohfaire.tumblr.com/

Binôme Lambda – Finistère

Collectif formé par Benjamine Le Goualher-Guilbaud et de Cyril Le Goualher, plasticiens.
Parce que bînome, parce que lambda, il entend bien incarner les réactions quotidiennes de tout citoyen, qui adolescent comme eux des années 80, vit aujourd’hui, la réalité d’un monde dans lequel l’arrogance de l’artificiel, la prédominance du faux jusqu’au ridicule, le mensonge, l’essoufflement de la pensée, la glorification de l’à peu près sont devenus la norme.
Mais le choix de cette lettre de l’alphabet grec laisse entendre que “lambda” n’est pas pour autant un epsilon résigné… ou un simple iota inanimé et qu’il y a en outre dans ce nom, la musicalité révélatrice d’une ténacité résistante et vitale.
Il y a aussi un certain cynisme chez Binôme lambda qui entend bien faire comprendre que l’homme qu’il représente n’est pas naïf; si le “Grand soir” est irréel et la “révolution” impossible ou toujours récupérée, il devient urgent d’installer ses ZAT (Zones Autonomes Temporaires). “Ne pas rire, ne pas pleurer, ne pas s’indigner, mais comprendre” disait Spinoza en parlant des “choses humaines”. Aujourd’hui, quand on a compris ce qu’était le monde, que faire d’autre que s’indigner, pleurer et rire.
On montre son désarroi, son incompréhension, son refus de la vitesse; on réclame et on crée un espace de liberté et quand on avoue qu’on ne fait que ce que l’on peut et donc pas forcément mieux, on assume au-delà d’une révolte, le droit d’en sourire et même de rire pour que cette révolte ne devienne pas atone.
Il y a une sorte d’insurrection ponctuelle née d’un vomis nécessaire, insurrection sans cesse répétée, nourrie par mille et une situations du quotidien du citoyen qui doit survivre alors que le monde du travail, comme du loisir, les médias, les autoritarismes de toute sorte l’écrasent, le nivellent, le canalisent, le formatent, l’étouffent… Le citoyen de binôme lambda refuse de seulement subir, de vivre désenchanté dans un jardin d’Eden implosé, il erre au contraire à la recherche d’un paradis perdu, bien au delà de tous ces leurres dont se goinfre le quidam qui a renoncé au sens de l’être.
Texte de AdT Art-Thabor

plus d’infos :www.binomelambda.com

Atelier Banquise – Nantes

“Nous sommes Coline Huger et Louise Hochet, deux plasticiennes et designers textile, toutes les deux issues de l’École Duperré (Paris), école d’arts appliqués spécialisée dans les métiers du textile.
Nos outils sont la couture, la broderie, l’impression, le dessin, le moulage, la construction légère.
Nous nous sommes spécialisées dans l’installation pour différents types d’espaces : vitrines, spectacle vivant, espace public, toujours avec le textile, la couleur ou le motif comme point de départ.
Nous avons monté début 2014 l’association Atelier Banquise avec laquelle nous développons des dispositifs participatifs et créatifs sur des territoires variés, dans lesquels nous nous installons, le temps de la création. Dans chacune de nos propositions, nous nous appuyons sur les rencontres faites in situ, des témoignages, des usages, des récits.”

Plus d’infos ici : cargocollective.com/atelierbanquise

Publicités