Les artistes 2019

STOUL

Horizontales, verticales, diagonales.
Stoul, née en 1981, s’est fait connaître dès ses vingt ans pour ses personnages aux visages de chats. Elle a très vite fait évoluer son art et développé son style, quittant progressivement le figuratif pour aller vers une géométrie semi abstraite très personnelle. Elle est aujourd’hui reconnue comme une artiste complète, identifiable au premier coup d’œil.
Sur murs, grandes fresques et dans son atelier, elle manie les lignes les angles et la palette chromatique avec talent.
Elle est aussi une artiste qui s’implique dans les causes qui lui tiennent à cœur, en particulier l’environnement, l’égalité des genres et les actions socio-culturelles. Elle aime remettre son travail perpétuellement en cause et n’hésite pas à surprendre son public à chaque nouveau cycle de sa créativité artistique.

PHILIPPE CHEVRINAIS

L’artiste-plasticien Philippe Chevrinais est le représentant français du reverse graffiti, ou clean-Tag. Il s’agit d’une forme de tag qui utilise le nettoyeur haute pression au lieu des bombes de peinture. C’est la trace de propreté du mur faite par le Karcher qui laisse apparaître le dessin.
Investissant l’espace public, la démarche de l’artiste est participative puisqu’il a pour habitude d’impliquer les habitants du territoire sur lequel il intervient. L’artiste propose de porter un regard neuf sur notre environnement quotidien par le biais d’une pratique artistique « décroissante » puisqu’au lieu d’ajouter, il s’agit d’enlever. L’artiste se sert de «la matière déjà présente sur les murs, à savoir pollution, lichen, tout ce qui se dépose avec le temps sur les
murs».
En faisant participer la population, l’artiste installe l’art dans le quotidien, sur le mur de notre bibliothèque, sur ceux d’un bourg, d’un escalier…

 

COLLECTIF 100 PRESSION

KAZY

Kazy est artiste, graphiste, illustrateur indépendant et œuvre au sein du Collectif 100 Pression. Nourri de l’imagerie underground des années 80 à aujourd’hui et d’une pratique du graffiti dans ses formes les plus diverses, il utilise aujourd’hui les techniques de peinture et de gravure. Dans un univers déjanté empreint de réalisme et de fiction, Kazy développe un monde personnel où s’animent personnages étranges et parfois écorchés. Son imaginaire oscillant entre extravagance naïve et noirceur se traduit par un traité à la fois délicat et dur.

PERSU

Persu est actif dans la scène graffiti française depuis le début des années 90, où il intervient sous divers pseudonymes. C’est au sein de L’OCT crew qu’il développe une technique qui lui permet de pouvoir tout réaliser, du simple «flop» à la fresque ultra colorée. Bien qu’inspiré par la bande-dessinée dans l’élaboration de ses personnages et paysages, sa spécialité reste le «Wild style», style de lettrage complexe. Dessinant inlassablement, ce sont les liens entre les lettres qui le fascinent et avec lesquels il joue le plus.

SMOKA

Fasciné par toutes ces couleurs et ces fresques aux dimensions incroyables, Smoka découvre le graffiti dans les années 90. En parallèle de ses études artistiques, il décide de s’attaquer au format supérieur en dessinant directement sur les murs. En 1998, il se lance donc à l’assaut du graffiti dans sa région natale de Bretagne. Perfectionniste de nature, il explore différents styles à la technique exigeante. De la 3D fine aux blocks imposants, il reste en perpétuelle quête de nouveaux lettrages et multiplie les rendus. Aujourd’hui son travail mêle typographie et matières, dans l’objectif de rendre dynamique ses compositions.

THE BLIND

The Blind est diplômé de l’école des Beaux Arts de Nantes et œuvre au sein du Collectif 100 Pression depuis 2003. Il développe depuis plusieurs années un concept artistique novateur qu’est le graffiti pour aveugle, en investissant la ville à l’échelle des murs. Son travail est né de l’envie de rendre visible et lisible le graffiti au plus grand nombre. Il développe alors une vision sociale de l’art, où voyant et non voyant ont mutuellement besoin l’un de l’autre, pour
pouvoir accéder à l’oeuvre et la comprendre. Son art visuel en trois dimensions prend place sur les monuments et façades d’immeuble, lieux de passage et de grande visibilité. à travers sa pratique, il cherche à sortir le braille de son format et de sa forme classique, pour lui donner une visibilité à plus grande échelle, passant de celle du doigt à celle de la main.

PEDRO

Pedro est un peintre/illustrateur installé à Nantes. Enfant des années 80, Pedro nage tôt dans un environnement artistique, oscillant entre l’imagerie skate, l’univers des comics US, la peinture du XXème siècle jusqu’au graffiti des années 90. En tant que peintre, c’est naturellement qu’il se tourne vers la pratique du muralisme. Pedro confronte les couleurs, les formes et les matières comme des mots afin de faire naître un langage singulier. Son univers peuplé d’un bestiaire, où tour à tour l’animal est figure humaine et l’homme un animal, il livre aux spectateur son zoo inconscient, entre abstraction et figuration.

WIDE

Depuis son enfance, Wide est fasciné par les espaces abandonnés, cédés par l’homme au sauvage. Ces ruines modernes nous renvoient à notre propre temporalité, à l’impermanence de toute chose. Cela fait 20 ans qu’il réalise des peintures, par essence éphémères, dans ces lieux en décomposition. Cette pratique a développé chez Wide un
intérêt pour l’obsolescence produite par le temps et l’a amené dans cette recherche d’esthétisation de l’éphémère vers le Glitch art. Cet art consiste à reconnaitre la beauté dans les erreurs d’affichage des images numériques, sous la forme de fragmentations, de répétitions et d’artefacts.
Wide tente de reproduire en peinture cette esthétique de l’obsolescence technologique qui peut apparaître sur nos écrans LCD. La collecte de photos d’identité, témoignages d’un instant T, et la capture de mots tirés du flot d’information en continu à la fois « news » et déjà dépassées, constituent la matière première du travail d’atelier de Wide. Il explore ces thèmes dans des œuvres tendant vers l’abstraction, en expérimentant différents supports et
techniques.

KATJASTROPHE, invitée par le Collectif 100 pression

Diplômée des Beaux Arts de Rennes, Katja vit et travaille actuellement à Paris. Elle a passé son enfance et adolescence entre le Brésil, l’Allemagne et la France. Parcours de vie que l’on peut ressentir aujourd’hui dans son travail.
Elle emprunte à diverses traditions esthétiques, en mêlant son propre imaginaire à l’art brut, l’expressionnisme allemand, l’édition indépendante et à l’imagerie populaire sud-américaine. Dans un style plutôt brut et instinctif néanmoins très symétrique ses peintures sont une interprétation imagée de son univers, de son style de vie et de ses
obsessions. Ses créations sont la retranscription de ses inspirations quotidiennes. (romans, réseaux sociaux, articles, déambulation, conversations, rêves etc.). Elle oscille entre grands formats dans l’espace public (fresques murales et
peintures sur tissus) et formats plus intimes (éditions, dessin et sérigraphie). Son travail est une perpétuelle recherche autour de la narration où la figuration libre se mélange à du motif abstrait. Accompagnée d’une envie de s’exprimer sur des problématiques sociales autant que personnelles, elle crée un imaginaire commun où personnages, paysages et symboles deviennent sources d’évocation multiple, pour une interprétation qu’elle espère collective.