Bînome Lambda

Binôme Lambda – Présentation

Collectif formé par Benjamine Le Goualher-Guilbaud et de Cyril Le Goualher, plasticiens.
Parce que bînome, parce que lambda, il entend bien incarner les réactions quotidiennes de tout citoyen, qui adolescent comme eux des années 80, vit aujourd’hui, la réalité d’un monde dans lequel l’arrogance de l’artificiel, la prédominance du faux jusqu’au ridicule, le mensonge, l’essoufflement de la pensée, la glorification de l’à peu près sont devenus la norme.
Mais le choix de cette lettre de l’alphabet grec laisse entendre que “lambda” n’est pas pour autant un epsilon résigné… ou un simple iota inanimé et qu’il y a en outre dans ce nom, la musicalité révélatrice d’une ténacité résistante et vitale.
Il y a aussi un certain cynisme chez Binôme lambda qui entend bien faire comprendre que l’homme qu’il représente n’est pas naïf; si le “Grand soir” est irréel et la “révolution” impossible ou toujours récupérée, il devient urgent d’installer ses ZAT (Zones Autonomes Temporaires). “Ne pas rire, ne pas pleurer, ne pas s’indigner, mais comprendre” disait Spinoza en parlant des “choses humaines”. Aujourd’hui, quand on a compris ce qu’était le monde, que faire d’autre que s’indigner, pleurer et rire.
On montre son désarroi, son incompréhension, son refus de la vitesse; on réclame et on crée un espace de liberté et quand on avoue qu’on ne fait que ce que l’on peut et donc pas forcément mieux, on assume au-delà d’une révolte, le droit d’en sourire et même de rire pour que cette révolte ne devienne pas atone.
Il y a une sorte d’insurrection ponctuelle née d’un vomis nécessaire, insurrection sans cesse répétée, nourrie par mille et une situations du quotidien du citoyen qui doit survivre alors que le monde du travail, comme du loisir, les médias, les autoritarismes de toute sorte l’écrasent, le nivellent, le canalisent, le formatent, l’étouffent… Le citoyen de binôme lambda refuse de seulement subir, de vivre désenchanté dans un jardin d’Eden implosé, il erre au contraire à la recherche d’un paradis perdu, bien au delà de tous ces leurres dont se goinfre le quidam qui a renoncé au sens de l’être.
Texte de AdT Art-Thabor

plus d’infos :www.binomelambda.com

1ère rencontre pour la visite des fermes, sous le soleil!

 

 

Résidence

1ère semaine de résidences :
Le Bînome Lambda à la ferme de Jean-Pierre et Monique Vely

Pour cette première semaine de résidence, repérage, pyrogravure et inspiration pour la suite…. esprits fertiles!

2ème temps de résidence :
Bînome Lambda continue de raconter leur rencontre et leur compréhension du monde agricole avec engagement, poésie et humour, parfois grinçant!

 

 

 

Publicités